Éducation

Modification de la carte scolaire: Journée Ecole morte menée par les parents d’élèves à Boué, dans l’Aisne

Il étaient une soixantaine de parents d'élèves à s'être mobilisés le 28 mars dernier contre les conséquences de la nouvelle carte scolaire tombée la semaine précédente, a Boué, petit village de l'Aisne.
Blocage filtrant de la circulation aux abords de l'école du village, ils sensibilisaient et récupéraient les signatures des automobilistes pour étoffer leur pétition:
non à la suppression d'une classe, annoncée par la carte, à la rentrée 2018/2019.
Le mécontentement est une résultante de l'incompréhension de cette décision de l'inspection académique, la raison invoquée étant une baisse des effectifs constatée.
Responsable de l'association des parents d'élèves et maire de la localité sont formels : le nombre d'inscrits à la rentrée prochaine sera au moins égal et vraisemblablement supérieur à celui de cette année.
Pour Thierry Thomas, maire de Boué, la raison serait plus à aller chercher de l'incompatibilité de l'annonce de la réforme gouvernementale "100% réussite scolaire" avec la réalité du terrain.
Cette réforme qui prévoit de renforcer les effectifs des établissements classés en réseau d'éducation prioritaire REP et REP+ ne dispose pas de l'argent nécessaire.
Pour lui, "déshabiller Pierre pour habiller Jacques" ne solutionnera rien.
En attendant la révision de la décision de l'inspection académique, les parents d'élèves ont décidé de faire de la journée du 30 mars une journée "école morte".

Articles liés

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer